En crachant du haut des buildings – Dan Fante

Ce petit livre qui se lit tout seul aurait pu s’intituler : «Les aventures d’un pochard à New York». Si Dan Fante avait su exprimer le désespoir aussi bien que son père John, on parlerait sans doute de lui aujourd’hui. Mais voilà, le fils ne fait pas dans l’autofiction. Et c’est peut-être là le petit quelque chose qui manque à cette écriture tout de même excellente.

Note: ce commentaire se base sur la lecture que j’avais faite de Dan Fante à l’époque mais après avoir lu plusieurs autre bouquins de lui, je constate que son écriture a beaucoup évolué. Il est aussi possible que je me soit trompé sur ce livre ou qu’il ait été mal traduit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s