LFO – Frequencies [1991]

En musique électronique, peu de groupes ont réussi à créer une esthétique sonore vraiment originale. Faut dire qu’après l’intense défrichage effectué par Kraftwerk, l’espace était limité. Mais certains groupes ont réussi ce tour de force. C’est le cas de LFO, abréviation pour Low Frequency Oscillator.

Frequencies est un album qui ne ressemble à rien. Les pièces semblent sculptées en bloc dans un matériau sonore, une technique qui rappelle un peu le travail du groupe Yello, autre pionnier de la musique électronique. Il s’en dégage une esthétique sonore qui conviendrait à plusieurs films de science-fiction.

Nombre d’artistes de la techno se contentent de faire un groove. Pas LFO. Les musiciens se sont donné la peine d’incorporer des mélodies minimalistes aux textures sonores. Résultat : on ressent une riche palette d’émotions.

L’album recèle plusieurs moments forts : Freeze, avec sa mélodie techno-triste ; LFO avec son infra basse à l’origine de la défaillance de nombreux haut-parleurs ; Simon from Sidney, une pièce avec un petit quelque chose d’inquiétant ; Mentok 1, un groove minimaliste un tantinet funky avec infra-basse.

À noter que certains titres de cette période ne sont disponibles qu’en version 12 pouces : l’excellent What is House, un hommage aux précurseurs de la musique électronique —sur l’album la pièce est intitulée «intro» ; l’extraordinaire Lord of Light, un curieux mélange de noirceur et d’obsessions technologiques et Probe, un groove qui évoque encore une fois un paysage de science-fiction.

Il est trop tôt pour écrire la conclusion d’un livre sur la musique électronique. Au moins un chapitre  sera consacré à Kraftwerk. Mais LFO et le label WARP auront très certainement droit à quelques pages.

© Alain Cliche, 2010

A propos alaincliche

Ancien dj spécialisé en musique alternative, Alain Cliche a d'abord tâté de la pub avant de se consacrer à l'écriture. Il a co-réalisé «MTL punk», un docu portant sur l’émergence de la scène punk montréalaise. Il a aussi publié un roman où il exprime sa passion pour la musique (Accro vinyle) et deux autres où il raconte son passage sur la scène underground des années 1980.
Cet article, publié dans musique, perles musicales, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s