Skip to content

Rob Roberge – La tête à l’envers, les pieds au mur [2012]

1 octobre 2012

La tête à l’envers, les pieds au mur est un recueil de nouvelles savoureux et plein d’humour. La plupart du temps, des gens sont dans des situations fâcheuses. Au lieu de nous dire immédiatement pourquoi, l’auteur laisse la scène en plan et aborde autre chose. Ce procédé est extrêmement efficace pour conserver l’intérêt du lecteur et rend le récit presque réel.

Les situations sont souvent bizarres, comme dans cette nouvelle où un type raconte que durant la dépression, en 1935, son grand-père greffait à des hommes infertiles des testicules de bouc… pour la modique somme de 1200 $. Il y a aussi l’histoire du chimpanzé-boxeur à la retraite qui n’a pas perdu un combat de sa carrière. Ou celle d’un exterminateur qui raconte avec ironie comment il s’y prend pour capturer un rat dans une salle de bain. Et celle du type qui va bousiller la volvo de son frère dans un demolition derby. Autant de situations incongrues qui prennent sens à mesure que la lecture progresse.

La forme narrative morcelée de Roberge rappelle le montage cinématographique. C’est un peu comme si on prenait un récit, qu’on le hachurait et le réassemblait. Il y a deux ou trois endroits où c’est laborieux et où l’on a du mal à se situer mais sinon c’est fort efficace et surtout très captivant. Rob Roberge sait choisir des situations intéressantes et les agencer de façon à augmenter la surprise du lecteur. Très fort.

 

Publicités

From → littérature

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :