Harry Crews – Péquenots [2019]

Harry Crews a publié une bonne douzaine de romans rigolos mais aucun ne peut rivaliser avec son autofiction Des souris et des hommes, pour laquelle j’ai publié une critique sur ce blog. Cet extraordinaire récit — où il raconte sa jeunesse — vibre avec une telle intensité qu’il laisse une trace indélébile chez le lecteur. C’est dans cette optique que je me suis procuré Péquenots, un recueil de textes d’autofiction publiés dans Esquire et Playboy entre 1974 et 1977.

Lire la suite

Quelques perles jazz

imageSans être un grand connaisseur de jazz, j’ai eu la chance au fil des ans de tomber sur certains disques qui ont su conquérir mon cœur. Cet article ne prétend pas faire la nomenclature des meilleurs disques de l’histoire du jazz. Il ne s’agit que d’une sélection personnelle. (Une liste de lecture est disponible à la fin de l’article).

Cannonball Adderley – Something’ else [1958]

Mes parents avaient ce disque dans leur collection Lire la suite

Bandini – John Fante [1939]

Une famille italienne vivant dans le Colorado l’hiver, un père maçon qui ne peut travailler en raison du froid, une mère ultra catholique et un amour impossible entre le petit Arthuro et la jolie Rosa. Comment une intrigue aussi mince peut-elle me bouleverser à ce point? La réponse : la prose exceptionnelle de John Fante.

John Fante écrivait des scènes avec une sensibilité à fleur de peau et lorsqu’on les lit, tout est là sous nos yeux et on ne peut qu’être ému. Difficile de mieux rendre la pauvreté, la misère, la religion aveugle de la mère. Les personnages ont tous quelque chose qui les rend tridimensionnels et vivants et comme c’est écrit au « il », on comprend les enjeux de chacun. Lire la suite

Getting naked with Harry Crews – [1999]

Harry Crews a écrit une vingtaine de livres où se mêlent violence, freaks et mauvais goût, le tout dans une langue propre au sud des États-Unis. Son génie réside dans la façon qu’il a su le faire; c’est-à-dire d’une manière à la fois originale et bouleversante.

Ce livre est une compilation d’entrevues. Volubile, HC s’y dévoile sans avoir à se faire tirer l’oreille. Cet enfant terrible de la littérature américaine s’étend de long en large sur les thèmes qu’il aborde, ses origines et règle aussi ses comptes avec ses détracteurs. Lire la suite

Des mules et des hommes – Harry Crews [1978]

81hJY0J7qlLHarry Crews est l’antithèse de l’écrivain précieux et intello. C’est qu’il écrit d’abord et avant tout avec ses tripes. Kesse que ça donne? Ça donne une écriture ressentie, imprévisible et beaucoup de plaisir de lecture.

Dans Des mules et des hommes, il raconte son enfance en revenant sur les lieux où il a grandi. Le titre anglais est A Childhood, biographie of a place. HC revendique ainsi son appartenance au sud profond des États-Unis, au compté de Bacon — en Géorgie. Une bonne partie du livre porte sur les infortunes de son père, puis des siennes, mais toujours avec humour et tendresse. On découvre un milieu rural de la fin des années 1930, sa communauté Lire la suite

Sympathy for the Devil – Kent Anderson [1987]

778277_406192Lorsqu’il écrit sur le Vietnam, Anderson sait de quoi il parle. Le Vietnam, il y est allé et comme la plupart de ceux qui ont eu la chance de s’en sortir vivants, il en est revenu complètement changé. Ce qu’on lui a appris là-bas, c’est de tuer. Pas le choix. Pour survire, faut tuer.

Le récit est construit de façon habile en utilisant le flashback. Après nous avoir amené sur le champ de bataille, on revient aux É-U, avant de partir. Le camp de formation de Fort Bragg rappelle certains aspects de Full Metal Jacket. Déjà là, il faut se battre pour gagner chaque pouce de respect et ce sera comme ça jusqu’au Vietnam, Lire la suite

Please Kill Me : L’histoire non censurée du pun… Legs McNeil

Livre basé sur plus de 200 entrevues avec ceux qui ont créé la scène punk aux USA. Enfin, ceux qui sont encore en vie ! Le texte est une suite de citations, ce qui donne un style documentaire. On y parle du Velvet, des Stooges, des MC5, des New York Dolls (et des frasques légendaires de Johnny Thunders), Patti Smith, Television, Ramones, Blondie… Ce cocktail de sexe, poésie, drogue et violence recèle nombre d’anecdotes toutes plus savoureuses les unes que les autres. Désopilant.