« En une heure, j’ai connu Lydia Lunch, Blondie, tous les Ramones, Richard Hell, Lester Bangs et plusieurs autres. »

1-6fa1j6p4igdvnolu7cmjsgJ’avais rendez-vous ce soir-là. J’ai enfilé mon gréement d’hiver et suis parti en avance, au cas où je me perdrais — comme la 1re fois où j’étais allé chez elle. Avec ses rues dans toutes les directions, le West Village est un véritable labyrinthe. Je suis passé par la 6e avenue afin d’éviter l’ennui de la 5e. Mon gros chapeau d’hiver attirait le regard de certains passants, c’était comique. J’ai dit au portier qui je venais voir. Il m’a demandé son numéro d’appartement. Lire la suite

Jusqu’à ce que la mort nous chatouille de ses caresses

jusqu'à couvert 2Après 6 années de boulot, voici enfin mon 3e livre. Ce roman poursuit le récit amorcé dans Normal!, premier maillon d’une trilogie portant sur les années 1980. Ce nouveau livre contient les partie II et III et constitue mon testament sur l’underground.

Encore une fois, beaucoup de musique — new wave, rap, alternatif, industriel, psychédélique — et de défonce ; un parcours trash entre Québec et Montréal avec plusieurs virées à NY.

Quatrième de couverture : Lire la suite

Mon chien stupide – John Fante [1985]

mon-chien-stupide-defAvec Mon chien stupide, John Fante prouve une fois de plus qu’on a pas besoin d’une intrigue solide pour capter l’attention du lecteur. Et s’il y a bien une intrigue dans ce court roman, elle relève de l’anecdote ; quelqu’un trouve un chien dans sa cour et le nomme Stupide.

John Fante écrit sans pudeur aucune. Il partage tout ce qui lui passe par la tête, sans considération pour la bienséance ou la rectitude. C’est la principale qualité de son écriture. Un type trouve un chien et ça déplait à son entourage. Cette situation est un prétexte pour faire un constat sur sa vie et sur ses relations avec sa femme et ses enfants. Et ce qui émerge de ses confidences, c’est la voix de l’auteur. Lire la suite

À tout prix – Rob Roberge [2014]

1513283-gfDans À tout prix, le guitariste Bud Barrett nous raconte ses frasques de junkie alors qu’il évolue au sein de la formation The Populars Mechanics, groupe country-punk dont il finit par être renvoyé.

Bud ne l’a pas eu facile. À 13 ans, il voit son père commettre un meurtre. Quelques années plus tard, sa mère se suicide. Le reste semble découler de ces deux traumatismes.

Le récit est truffé d’anecdotes loufoques comme lorsqu’il pille une tombe et s’empare des bijoux afin de pouvoir se procurer de la came. On y croise une belle brochette Lire la suite

Si je meurs au combat – Tim O’Brien [2011]

Après un entraînement qui fera de lui un soldat, O’Brien est appelé pour servir sous le drapeau. Talonné par sa conscience, il passe à un cheveu de déserter mais se rend finalement au Vietnam. Son quotidien consiste à éviter de piler sur une mine, creuser des tranchées et surveiller le ciel illuminé par les explosions la nuit. La vie de soldat n’est pas de tout repos et, au fil des mois, il voit plusieurs de ses potes —ou ce qui en reste— être emportés par l’hélico-ambulance.

Lire la suite

Sick City — Tony O’Neill [2011]

Chaos et désolation au pays du rêve perpétuel. Des accros font un séjour dans une réputée clinique pour se sevrer de leur dépendance aux narcotiques. Cette clinique est tenue par un médecin qui personnifie le rêve hollywoodien mais qui en réalité ne vaut pas mieux que les camés qu’il traite.

De nombreuses intrigues s’entrecroisent et dans chacune, c’est toujours le même truc. Des humains misérables se défoncent faute de pouvoir endurer une société pervertie par la tyrannie de l’apparence. Une des intrigues concerne un film tourné lors d’un party chez Sharon Tate dans les années 1960, une orgie sexuelle captée sur 16 mm. Lire la suite

La nuit ne dure pas – Olivier Martinelli [2011]

Dans La nuit ne dure pas, trois frères forment un groupe rock — les Kid Bombardos. Le récit est divisé en trois parties qui racontent les épisodes clé de la vie du groupe à travers les yeux des différents frères. Le premier concert, la signature avec un label, le premier disque…

Un des attraits du livre est de voir comment ça se passe dans la tête d’un musicien et de voir l’importance qu’a la musique pour un guitariste, un bassiste ou un batteur. Les histoires de cœur ne sont pas non plus sans intérêt. Lire la suite

Houellebecq – ce que j’en pense

0601-houellebecq.jpgEntre novembre 2011 et janvier 2012, j’ai lu l’essentiel de l’œuvre de Michel Houellebecq. J’étais en pause d’écriture et avais tout mon temps pour l’assimiler et la digérer. J’ai ensuite lu quelques biographies pour connaître la part d’autofiction dans ses livres. La meilleure que j’ai lue est : «Houellebecq non autorisé : enquête sur un phénomène » de Denis Demonpion. Je lui ai emprunté certains éléments de son texte. Lire la suite