Perles du rock progressif

 

tumblr_pfw2r5tiHX1tekavlo1_500À bien des égards, le progressif fut la continuité du psychédélique. Stimulés par la vague créative des années 1960, les groupes prog utilisèrent les nouveaux moyens techniques mis à leur disposition le synthétiseur et le studio 24 pistes et ajoutèrent des éléments du jazz, du folk et de la musique classique pour repousser les limites du format rock. Pourquoi les Britanniques ont-ils autant dominé ce genre ? Je ne saurais répondre. Tout ce que je sais, c’est que ce fut ma porte d’entrée vers la musique plus élaborée. Lire la suite

Publié dans musique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Quelques perles jazz

imageSans être un grand connaisseur de jazz, j’ai eu la chance au fil des ans de tomber sur certains disques qui ont su conquérir mon cœur. Cet article ne prétend pas faire la nomenclature des meilleurs disques de l’histoire du jazz. Il ne s’agit que d’une sélection personnelle. (Une liste de lecture est disponible à la fin de l’article).

Cannonball Adderley – Something’ else [1958]

Mes parents avaient ce disque dans leur collection Lire la suite

| Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bandini – John Fante [1939]

Une famille italienne vivant dans le Colorado l’hiver, un père maçon qui ne peut travailler en raison du froid, une mère ultra catholique et un amour impossible entre le petit Arthuro et la jolie Rosa. Comment une intrigue aussi mince peut-elle me bouleverser à ce point? La réponse : la prose exceptionnelle de John Fante.

John Fante écrivait des scènes avec une sensibilité à fleur de peau et lorsqu’on les lit, tout est là sous nos yeux et on ne peut qu’être ému. Difficile de mieux rendre la pauvreté, la misère, la religion aveugle de la mère. Les personnages ont tous quelque chose qui les rend tridimensionnels et vivants et comme c’est écrit au « il », on comprend les enjeux de chacun. Lire la suite

Publié dans littérature | Tagué , , | Laisser un commentaire

Getting naked with Harry Crews – [1999]

41NC4E5M7ML

Harry Crews a écrit une vingtaine de livres où se mêlent violence, freaks et mauvais goût, le tout dans une langue propre au sud des États-Unis. Son génie réside dans la façon qu’il a su le faire; c’est-à-dire d’une manière à la fois originale et bouleversante.

Ce livre est une compilation d’entrevues. Volubile, HC s’y dévoile sans avoir à se faire tirer l’oreille. Cet enfant terrible de la littérature américaine s’étend de long en large sur les thèmes qu’il aborde, ses origines et règle aussi ses comptes avec ses détracteurs. Lire la suite

| Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Des mules et des hommes – Harry Crews [1978]

81hJY0J7qlLHarry Crews est l’antithèse de l’écrivain précieux et intello. C’est qu’il écrit d’abord et avant tout avec ses tripes. Kesse que ça donne? Ça donne une écriture ressentie, imprévisible et beaucoup de plaisir de lecture.

Dans Des mules et des hommes, il raconte son enfance en revenant sur les lieux où il a grandi. Le titre anglais est A Childhood, biographie of a place. HC revendique ainsi son appartenance au sud profond des États-Unis, au compté de Bacon — en Géorgie. Une bonne partie du livre porte sur les infortunes de son père, puis des siennes, mais toujours avec humour et tendresse. On découvre un milieu rural de la fin des années 1930, sa communauté Lire la suite

| Tagué , , , | Laisser un commentaire

Quelques perles du début des années 1980

On se souvient du début des années 1980 surtout pour le new wave, le post-punk, l’alternatif et le hip hop… J’ai d’ailleurs écrit des articles sur presque tous ces styles (cliquez pour y accéder). Si le début de cette décennie fut indéniablement marqué par ceux-ci, il s’est aussi produit d’autres genres de musique. Voici quelques disques qui m’ont semblé avoir passé le test du temps. (Une liste de lecture est à la fin de l’article). Lire la suite

Publié dans musique, perles musicales | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Women – Charles Bukowski [1978]

On a souvent reproché à Bukowski d’être misogyne et phallocrate; Bernard Pivot l’a même traité de pornographe à l’émission Apostrophes — un moment d’anthologie de la télé. On peut l’accuser de bien des maux, la vérité c’est que Bukowski est un misanthrope; autrement dit, il a une aversion pour le genre humain, hommes et femmes confondus.

Alors voilà, Buko nous raconte moult épisodes tous plus désopilants les uns que les autres au sujet de ses femmes. Tous les moyens sont bons pour tremper son poireau et, malgré les nombreuses scènes de baise racontées dans le détail, on n’a pas l’impression de lire de la pornographie. En fait, ses mésaventures avec le beau sexe sont plutôt un hommage qu’un récit pornographique. Lire la suite

Publié dans littérature | Tagué , , , | 2 commentaires