Les animaux de ma vie

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les animaux. Quand j’étais jeune, j’ai harcelé mes parents pour avoir un chien, sans succès, mais j’allais souvent voir celui d’une voisine, Zoom, un samoyède tout blanc qui sentait la poudre pour bébé. Je passais des heures avec lui. Un jour sa maitresse est sortie dans la cour et a pris deux photos de nous et me les a données. J’étais bien content qu’elle ait immortalisé notre amitié.

Lire la suite

MTL New wave, l’histoire d’un vol intellectuel…

MNW_7Dans une entrevue accordée à The Gazette, Érik Cimon dit que MTL New wave est la suite de MTL Punk, film que j’ai co-réalisé et dont le point de départ fut un de mes scénarios. Il ne dit pas que j’ai fait une bonne partie de la recherche qui a servi à son nouveau film et ne mentionne pas non plus que le projet de faire un film sur l’effervescence de la scène des années 1980 était NOTRE idée ; autrement dit, j’ai participé malgré moi à l’élaboration de son nouveau film. Lire la suite

Jusqu’à ce que la mort nous chatouille de ses caresses

jusqu'à couvert 2Après 6 années de boulot, voici enfin mon 3e livre. Ce roman poursuit le récit amorcé dans Normal!, premier maillon d’une trilogie portant sur les années 1980. Ce nouveau livre contient les partie II et III et constitue mon testament sur l’underground.

Encore une fois, beaucoup de musique — new wave, rap, alternatif, industriel, psychédélique — et de défonce ; un parcours trash entre Québec et Montréal avec plusieurs virées à NY.

Quatrième de couverture : Lire la suite

MTL punk – la première vague [2011]

L’histoire de ce documentaire commence au début des années 2000, lorsque Érik Cimon lit mon scénario intitulé «Normal !» dans lequel je racontais ma jeunesse punk. Érik m’a alors proposé de faire un documentaire sur le sujet. Pour avoir un aperçu du projet initial, vous pouvez lire Normal !, un livre au titre ironique publié en 2009. Montréal punk est le premier documentaire sur la scène punk montréalaise. Les auteurs commencent par replacer le punk montréalais dans son contexte, c’est-à-dire dans le Québec hippy et nationaliste des années 1970. Cette culture jugée étouffante par plusieurs, les pousse à aller voir ailleurs —Londres et NYC. Là-bas, ils sont foudroyés par la musique punk et décident de ramener cette énergie à la maison.

Lire la suite