Skip to content

Si je meurs au combat – Tim O’Brien [2011]

13 octobre 2012

Après un entraînement qui fera de lui un soldat, O’Brien est appelé pour servir sous le drapeau. Talonné par sa conscience, il passe à un cheveu de déserter mais se rend finalement au Vietnam. Son quotidien consiste à éviter de piler sur une mine, creuser des tranchées et surveiller le ciel illuminé par les explosions la nuit. La vie de soldat n’est pas de tout repos et, au fil des mois, il voit plusieurs de ses potes —ou ce qui en reste— être emportés par l’hélico-ambulance.

Si je meurs au combat nous amène sur le champ de bataille et nous fait vivre la guerre, avec tout ce qu’elle a d’illogique et d’effrayant. C’est le récit d’un type qui a peur, qui ne comprend pas ce qu’il fout là et qui espère être envoyé à l’arrière, là où l’on fait un boulot peinard sans craindre de recevoir un mortier sur la tronche. Après avoir été inondé d’histoires abracadabrantes sur le Vietnam, ce livre brille par son aspect anodin. Et c’est sans doute son point le plus fort : l’aspect anodin de se retrouver coincé dans une technocratie qui se nourrit d’hommes et qui en sacrifie un de temps en temps.

Publicités

From → littérature

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :